Un désert au goût amer

Depuis que j’ai quitté Mount Norman, je suis sur la route, dans le désert, entre Outback et Bush, où j’ai avalé quelques 1 500 kms en 20 heures de bus pour rallier Alice Springs, puis trouvé un covoiturage qui m’a déposé dans le désert 500 kms plus loin. 

Petite leçon géographique, avec un peu d’histoire avant de commencer l’aventure dans le Centre Rouge, Uluru. 

Situé à 468 kms d’Alice Springs se trouve, de son nom aborigène, Uluru, renommé par les blancs, Ayers Rock. Le rocher Uluru est sacré et était escaladé uniquement lors de rituels par les tribus locales. De nombreuses cavités se trouvent autour de l’imposant rocher de 10 kms de diamètre et de 2,5 kms de long, certaines uniquement pour les femmes et les enfants, d’autres pour les chasseurs … La saison humide apporte l’eau nécessaire pour survivre, certaines parties du rocher abritent de petits trous d’eau où la végétation, à l’ombre du mont, est abondante.
Qui dit végétation et eau, dit vie sauvage et source de nourriture pour les tribus. Une petite anecdote que j’ai bien aimé, lorsqu’ils chassaient, ils s’attaquaient toujours au dernier du groupe animal venu se déshydrater. Ils le surveillaient depuis les arbres et différentes cachettes, et ensuite, ils l’isolaient discrètement du reste du groupe afin de ne pas effrayer les autres. Ainsi, le reste du groupe d’émus par exemple, reviendrait a ce même point d’eau, car ils ne l’associeraient pas à un danger. 

Uluru est un endroit sacré, et son ascension nécessaire seulement lors des rituels, par les membres de la tribu qui ont été désignés. Depuis quelques années, le gouvernement australien, en collaboration avec des locaux, des aborigènes appelés Elders (anciens), insistent sur le fait  que le site est sacré et ne devrait pas être escaladé. Cependant, c’est un conseil, et pour quelques dollars, l’homme blanc qui est venu si loin dans ces terres hostiles ne peut retenir son envie de grimper au sommet : 350 mètres environ. Puis, ce n’est pas comme si on escaladait une église après tout … Certains disent que de toute manière, le site sacré a déjà été violé, alors une petite ascension en plus ou en moins, ne changera pas grand chose. Bref, chacun son point de vue, mais voilà que l’on en vient à mon arrivée !

Sur le site internet Gumtree, qui est Le Bon coin australien, je recherchais un covoiturage vers Adelaide, tut en s’arrêtant dans les quelques Parcs Nationaux sur la route. Apres trois jours sans succès, je trouve un covoiturage avec pour terminus Ayers Rock, je saute dessus et rencontre ainsi Georgie qui est infirmière et travaille avec les communautés aborigènes ainsi que sa collègue canadienne dont j’ai oublié le nom – ses écouteurs enfoncés dans ses oreilles n’aidant pas a communiquer. 

Je m’étais préparé pour le pire. Mon sac de 50-60 litres pesait 17 kgs environ avec de la nourriture pour 3-4 jours maximum, ainsi qu’un litre et demi d’eau. Comme c’était un endroit prisé par les touristes, je me suis dit qu’il y avait forcément un point d’eau. A côté de cela, j’avais aussi mon sac de rando journalier avec mon appareil photo & co de 5-6 kgs. J’étais prêt pour le désert, et faire mon bonhomme de chemin en auto-stop !

Quelle surprise en arrivant !!!!!! Mauvaise malheureusement. Welcome to Ayers Rock Resort !

Resort’, je suis sur que vous avez déjà entendu ou lu ce nom quelque part. Devinez ! Il vit où Mickey ? A Disneyland Resort Paris ! Et ouais, ici en plein désert, a 25 kms d’Uluru, vous trouvez bien plus que de l’eau, restaurants, boutiques souvenirs, hôtels, alcool, bars, camping, qui fût mon lieu de résidence pour la modeste somme de 36 $ la nuit, avec une troisième nuit offerte, si l’on en prend deux, ce que je fis. Je n’ose pas imaginer le prix des hôtels … sans compter, l’accès au Parc, que je conçois.

A 5h30 le lendemain matin, je fais donc le poireau a la sortie du camping a côté du panneau stop, juste en dessous d’un lampadaire et agite mon pouce. Je surveille les bus qui passe au cas ou, et devant mon insuccès, je me renseigne sur internet a partir de mon portable ; magnifique le désert, on a la 3G ! Les seuls bus sont des navettes privées a réserver pour la modique somme de 70$ qui comprend un seul trajet à un point de vue, même pas au rocher. Décidément, faut vraiment que quelqu’un me prenne ! Ce que firent Simona & Florian, un couple d’allemands en route pour leur première journée d’exploration eux aussi ! Nous sommes donc restés ensembles pendant deux jours, à se régaler, comme je le pensais, mais avec un arrière gout, un peu amer : mon aventure tombait a l’eau, et semblait bien facile, même si la bière fraîche que vous avons partagé en remerciements, était très agréable, mais amer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s